Face à la crise énergétique, la Ville d’Issoudun met en place une série de mesures, dont l’extinction temporaire de l’éclairage public de 23h30 à 5h30.

Une mesure temporaire

La date du changement d’heure a été retenue pour mettre en place l’extinction de l’éclairage public de 23h30 à 5h30. Il s’agit d’une mesure temporaire prévue jusqu’au 30 avril. 

Éclairage public par LED à partir de mai 2023

À partir de mai 2023, la campagne de remplacement de l’ensemble de l’éclairage public par des LED sera lancée. Elle permettra de réduire la consommation énergétique de 75% et donc de rétablir l’éclairage public sans interruption.
Il s’agit d’une opération ambitieuse menée sur les 9 communes de la CCPI situées dans l’Indre (celles du Cher dépendant du syndicat d’électrification du Cher, qui suit son propre programme).
Le passage au 100% LED pour l’éclairage public est préparé depuis de longs mois. C’est un investissement de 3 millions d’euros les deux ou trois prochaines années, qui s’inscrit dans le cadre du Contrat de Performance Énergétique de la Communauté de Communes du Pays d’Issoudun et bénéficie à ce titre d’importantes subventions.

Illuminations de Noël : maintenues mais réduites

Afin que la période reste festive, les illuminations de Noël seront maintenues mais réduites dans la durée (du mardi 13 décembre au mardi 3 janvier) et en amplitude (extinction avec l’éclairage public de 23h30 à 5h30).

Bâtiments publics

Les éclairages esthétiques des bâtiments publics ont déjà été coupés depuis le début de la semaine sur le même créneau (23h30 – 5h30). Les seules lumières qui subsisteront dans les locaux seront les blocs sécurité (obligatoires) qui peuvent donner l’impression que les bâtiments restent éclairés.

Pas de bouclier tarifaire pour les collectivités locales

Les collectivités locales ne bénéficient d’aucun bouclier tarifaire pour faire face aux augmentations démesurées du gaz et de l’électricité. Pour la ville et pour la CCPI, les tarifs du gaz ont déjà augmenté de 44%. Le contrat pour l’électricité entre actuellement en phase obligatoire de renégociation. Cela se fait dans le cadre d’un consortium régional, ce qui permet de mieux peser dans la négociation avec les fournisseurs. Mais on peut craindre à des augmentations de 100%, 200% voire 300% comme ça a été le cas pour certaines communes.

 

Pour André Laignel, maire d’Issoudun et Premier vice-Président délégué de l’Association des Maires de France « il est urgent que l’État, les collectivités, les syndicats de l’énergie et les autres opérateurs de l’énergie, notamment les fournisseurs, soient réunis d’urgence à l’initiative du Gouvernement, pour que soient prises les décisions à la hauteur des enjeux financiers devant lesquels les collectivités sont placées par leurs fournisseurs. Le niveau d’alerte envoyé par les collectivités rend indispensable une réaction avec des effets immédiats. »


Le dossier du prochain numéro du magazine Le Pays d’Issoudun sera consacré aux différentes actions mises en place en matière de transition écologique et d’économie d’énergie.

Français FR English EN Deutsch DE Español ES