Le maire d’Issoudun s’exprime suite au Conseil d’Administration extraordinaire de l’entreprise.

En février 2020, La Halle annonçait 36 suppressions de postes à Issoudun. Il avait été alors acté un Plan de Sauvegarde de l’Emploi et une série d’engagements. Le PDG du groupe VIVARTE s’était engagé à un investissement de 7,3 millions d’euros et avait affirmé que la stratégie était de maintenir le site d’Issoudun et qu’il n’y aurait pas d’externalisation.

Force est de constater qu’en mai 2020, la réalité est toute autre : rien de ce qui avait été décidé depuis février n’a été mis en œuvre.

J’avais publiquement fait part de mes doutes face aux annonces car des engagements antérieurs du groupe VIVARTE n’avaient déjà pas été tenus (annulation du projet d’agrandissement).

Le Conseil d’Administration extraordinaire de mardi 26 mai 2020 fait planer un redressement judiciaire assorti d’aucune reprise pour les deux sites logistiques indriens, et donc la sombre perspective de 489 licenciements dont 287 à Issoudun.

Je prends acte qu’une nouvelle offre de reprise spécifique à la logistique est lancée. La seule logique des fonds de pension-vautour ne saurait générer le gâchis humain. C’est pourquoi, d’ici au 9 juin 2020, j’exhorte le groupe VIVARTE à tout mettre en œuvre pour garantir la reprise des sites et un maintien de l’activité logistique.

J’exprime toute ma solidarité aux travailleurs concernés, à leurs familles inquiètes et aux membres de l’intersyndicale. Je continuerai à soutenir les actions et les initiatives conduites par les forces du travail. 

André Laignel
Maire d’Issoudun

Français FR English EN Deutsch DE Español ES