Une bouffée d’air pour les sports en salles, invités dans les cours d’écoles.

André Laignel et Éric Hervouet sont allés à la rencontre des animateurs et des bénévoles des clubs, qui saluent l’initiative

Alors que les pratiques sportives en extérieur pour les mineurs, telles que football, rugby et athlétisme ont été maintenues (sauf pendant le premier confinement), toutes les pratiques sportives en salles ont été brusquement stoppées en novembre, alors que toutes les fédérations avaient mis en place des protocoles sanitaires adaptés.
Au même titre que la culture, le sport est pourtant essentiel. En particulier pour les jeunes. Il y a 1.800 licenciés dans les clubs d’Issoudun, dont 70% de jeunes dans les écoles de sports.

Pour la santé des jeunes
En début d’année, le maire d’Issoudun a demandé à Éric Hervouet, adjoint aux Sports et Christophe Nadot, directeur du secteur Jeunesse et Sports d’engager une consultation avec le mouvement sportif. Leur feuille de route : trouver des solutions pratiques et sûres pour permettre une reprise progressive des activités. Car la pratique d’un sport, l’activité au sein d’un club, sont des éléments déterminants pour le développement et la santé des jeunes. Serait-il raisonnable de les en priver encore plus longtemps ? 

Respect des protocoles sanitaires
Partant du constat que les pratiques sportives sont autorisées dans le cadre scolaire, il a été décidé d’ouvrir les cours des établissements scolaires aux clubs, les mercredi après-midi, samedi et dimanche. Les cours d’écoles sont en effet répertoriées auprès du Ministère des sports comme des équipements sportifs de plein air, autorisés par le protocole actuel. Il s’agit de lieu clos souvent proches des lieux de pratiques habituels et non accessibles au public et ainsi réservés aux seuls pratiquants des associations.

Français FR English EN Deutsch DE Español ES