Samedi 13 juin, des centaines d’Issoldunoises et d’Issoldunois ont manifesté contre la fermeture des deux sites indriens du groupe Vivarte, à l’appel de l’intersyndicale.

La manifestation est partie du dépôt logistique de la Limoise à 9h30 pour rejoindre la mairie à 11h15. Dans le cortège, les salariés étaient accompagnés par de nombreuses personnes venues exprimer leur solidarité, ainsi que des élus de tout le département, unis dans ce combat pour préserver les emplois.
En février 2020, la Halle annonçait la suppression de 36 postes à Issoudun. Un Plan de Sauvegarde de l’Emploi et une série d’engagements avaient alors été actés. Le PDG du groupe Vivarte s’était engagé à un investissement de 7,3 millions d’euros et avait affirmé que la stratégie était de maintenir le site d’Issoudun et qu’il n’y aurait pas d’externalisation. Force est de constater que quatre mois plus tard, la réalité est tout autre ! Le conseil d’administration extraordinaire du mardi 26 mai fait planer un redressement judiciaire assorti d’aucune reprise pour les deux sites indriens, avec la sombre perspective de 489 licenciements, dont 287 à Issoudun. 

Pas de véritable plan de relance depuis la crise de 2008

Dans son communiqué, l’intersyndicale dénonce : « une fois de plus, ces financiers vautours, dont l’avidité ne nous a jamais permis de mettre en place un véritable plan de relance après la crise de 2008, font maintenant le choix de nous abandonner en plein milieu de la tourmente engendrée par l’épidémie, et ce, malgré notre capacité à générer des records de chiffre d’affaire dès le redémarrage de l’activité. ».
S’adressant à la foule rassemblée dans la cour de la mairie, Frédéric Carrias, porte-parole de l’intersyndicale, résumait le sentiment général : «Les actionnaires nous ont abandonnés, ils ont abandonné ce que nous avons construit. Vous savez ce que vous avez donné, dans vos corps. Dans cette entreprise, on n’a pas seulement travaillé, on a vécu. La Halle, ce n’est pas les actionnaires, La Halle, c’est nous ! Alors, on se bat, en comptant sur le soutien de tout le monde ! » 

Un combat et des objectifs

Prenant la parole à son tour, le maire d’Issoudun a indiqué qu’il s’agit de «la première phase d’une mobilisation qu’il faut envisager dans la durée. Derrière La Halle, il y a des transporteurs, des sous-traitants. Ce n’est pas terminé, je suis convaincu que l’on peut faire évoluer les choses. L’État doit imposer des règles aux entreprises qui licencient. Le combat que l’on doit mener, il est triple :

  1. Préserver un maximum d’emplois, et sur ce sujet, les offres qui sont faites aujourd’hui sont totalement insuffisantes.
  2. Il faut un plan de formation massif pour que celles et ceux qui auront malheureusement été laissés au bord du chemin puissent être rémunérés pour se former et se reconvertir
  3. Il faut que l’Indre devienne un département pilote en matière de relocalisation, car au-delà de Vivarte il y a aujourd’hui de nombreuses entreprises qui vont rencontrer des difficultés.

Je peux le dire : si ce qu’on appelait le groupe André s’est installé à Issoudun, c’est grâce à moi.  Cela a permis à travers les quarante années qui se sont écoulées à des centaines de famille, de vivre, d’avoir un emploi. Alors, bien-sûr, économiquement, moralement, mais aussi émotionnellement, je ne peux pas accepter que cela se termine comme ça. C’est pourquoi vous me trouverez déterminé pour lutter à vos côtés. »

Une manifestation sera organisée samedi 20 juin à Châteauroux.

Français FR English EN Deutsch DE Español ES