Suspension de l’ouverture du musée jusqu’au 15 mars, en attendant des décisions gouvernementales claires et positives sur la culture, le sport et le monde associatif.  

André Laignel devant la presse, jeudi 25 février

Pendant quinze jours, le musée d’Issoudun aura été le seul musée ouvert de France. D’abord en entrée libre dans la limite d’une personne pour 30m2, puis après une première décision du tribunal, pour des visites privées sur réservation limitées à des groupes de 6 personnes.
Dans une nouvelle ordonnance, mercredi 24 février, le tribunal de référé décidait de suspendre l’ouverture du musée, sous toutes ses formes.

Bâillonner la culture ne fait pas reculer l’épidémie

Pour André Laignel, il s’agit d’un « acharnement administratif et juridique » qui bafoue les principes d’égalité et de proportionnalité.
Égalité : « les supermarchés sont ouverts, ainsi que les transports en commun, les médiathèques, les lieux de cultes, mais pas les musées ».
Proportionnalité : « cette privation de liberté n’est en aucun cas proportionnelle aux risques que la galerie d’art contemporain du musée ferait courir. » 

Pour le maire d’Issoudun, continuer à « bâillonner la culture ne fera pas reculer l’épidémie mais aggravera incontestablement le stress, l’anxiété et la déprime que ressentent aujourd’hui des millions de nos concitoyens ».

Libération progressive du sport, de la culture et du monde associatif

Lors de sa conférence de presse, jeudi 25 février, André Laignel, a annoncé qu’il suspendait l’ouverture du musée jusqu’au 15 mars. « La ministre de la culture, après un long et problématique silence – que nous avons probablement contribué à écourter –  a indiqué que les premières mesures qui seraient prises concerneraient les musées. »

Mais « si à cette date, rien n’a avancé, contrairement aux engagements ministériels, nous prendrons alors toutes mesures utiles afin que la culture retrouve droit de cité ». 
« Nous mettrons à profit cette période pour définir les conditions d’une libération progressive et raisonnée du sport, du monde associatif et de tout espace culturel qui le permet : salle de spectacles, cinéma, musiques actuelles, danse, conservatoire… »
« Le combat continue ! Pourquoi ? me dit-on.  Parce que comme l’a écrit le poète René Char nous pensons que le réel, quelquefois, désaltère l’espérance. Et c’est pourquoi contre toute attente, ajoutait-il, l’espérance survit. »


Le parc de sculptures est ouvert du mercredi au vendredi de 14h à 17h30, samedi et dimanche de 10h à 12h et de 14h à 17h30.
L’entrée au parc de sculptures se fait par l’entrée du musée, rue de l’Hospice Saint-Roch.

Français FR English EN Deutsch DE Español ES