Tourisme à IssoudunTourism in Issoudun

Accueil / Patrimoine / Le patrimoine bâti

Patrimoine

Le patrimoine bâti

La fondation de la ville d’Issoudun remonte à des temps reculés. On a retrouvé des traces de présences humaines dès l’Âge du Fer dans les campagnes avoisinantes. L’existence d’une cité florissante à l’époque gallo-romaine est attestée par la présence de vestiges d’édifices publics importants mis en évidence lors des fouilles effectués à partir du 19e siècle. Le musée de l’Hospice Saint-Roch présente des objets, sculptures, bijoux, ensemble lapidaires relatifs à ces époques et à la période mérovingienne

C’est au Moyen-Âge, notamment à partir du 12ème siècle, que la ville apparaît, presque telle qu’on la connaît aujourd’hui dans son organisation spatiale avec ses quartiers : le château, la ville et les faubourgs (Vilatte, Saint-Denis, Saint-Paterne…). De cette période datent les plus anciens édifices de la ville : Tour Blanche, Beffroi, élément des fortifications, chapelle de l’Hospice Saint-Roch.

Tour Blanche

Fleuron de la ville d’Issoudun dont il est l’emblème architectural, la Tour Blanche est la « grosse tour » construite entre 1195-1202, qui protégeait tout le quartier du château, véritable ville dans la ville qui abritait les centres du pouvoir noble et éclesiastique. La Tour Blanche a été classé dès 1840. Le donjon est ouvert à la visite depuis 2000.

Hôtel-Dieu

Les bâtiments anciens y compris la chapelle et la salle des malades, le sol de la cour. Aujourd’hui Musée de l’Hospice Saint-Roch. Classé en 1965.

Porte de l'Horloge

Le Beffroi, porte dite de l’horloge, avec les deux tours qui l’encadrent. Classé en 1916.

Maison d'Issoudun et du Berry

La maison à colombage qui abrite l’Office de Tourisme est classée depuis 1963. Le pignon Est a été dégagé pour revéler un joli pan de mur appartenant à l’église du XIIème siècle.

Pont Saint-Paterne et ses abords

Le pont qui traverse la Théols au pied du Musée de l’Hospice Saint-Roch a été construit au XVIème siècle. Le site est classé depuis1942.

Allée, parc et demeure de Frapesle

L’ensemble, construit par le riche républicain Rémi Tourangin au début du 19ème siècle, avec l’allée que les issoldunois appelait « de Tivoli » est classé. Balzac a séjourné à trois reprises dans la belle demeure, à l’invitation de sa grande amie Zulma Carraud, la fille de Rémi Tournangin.

Autres bâtiments inscrits

Parmi les éléments d’architecture inscrits à l’inventaire des monuments historiques, se trouvent aussi :

- le couvent de la Visitation, route de Bourges, actuellement une maison de retraite

- façade de deux  maisons du XVème siècle, 10 et 12 rue de la Foulerie

- porte de la tourelle d’escalier, 46 et 48 rue Montélimart

Ne pas manquer

Les arbres de Jessé

La chapelle de l’Hospice Saint-Roch abrite un ensemble sculpté unique et d’une grande déllicatesse : deux arbres de Jessé du XVème siècle taillés en ronde bosse dans le parement.

À voir

Les vitraux de l'église Saint-Cyr

La grande verrière orientale de l’église Saint-Cyr a été dressée au XVe siècle dans le plus pur gotihique flamboyant. Impossante, elle mesure 4,80 m de large par 11,40 m. Les vitraux de la même époque narrent la légende de Saint-Cyr et Sainte-Julitte. Ils ont été restaurés en 2010.

Poursuivre la visite

Office de Tourisme

Pour plus d'information sur le patrimoine de la ville et pour poursuivre la visite, rendez-vous à l'Office de Tourisme

Nous contacter |Espace presse |Liens |Rss |

© Ville d'Issoudun 2010 |Crédits|Mentions légales