Tourisme à IssoudunTourism in Issoudun

Accueil / Actualité / Nouvelle donation de Léon Cligman

Actualité archivées

Nouvelle donation de Léon Cligman

Nouvelle donation de Léon Cligman

17/03/2012

Vendredi 17 février Léon Cligman, ancien président d'INDRECO, est venu à Issoudun signer avec André Laignel une nouvelle donation de terrains et de bâtiments au profit de la Ville.

ant
Léon Cligman a évoqué ses souvenirs, en découvrant les photographies exposées dans le hall du PIAF

« Vous avez marqué cette cité de bien des manières, en tant qu’entrepreneur, par votre action dans la Résistance et même en tant que maire d’Issoudun pendant un temps, à la Libération ». En quelques mots, André Laignel rappelait les liens très forts qui unissent la Ville d’Issoudun et Léon Cligman, qui a été gratifié du titre exceptionnel de Citoyen d’Honneur.

Vendredi 17 février, cet Issoldunois de cœur né en 1921, à la démarche  toujours alerte et au regard vif, était à nouveau dans le bâtiment qui fut le berceau de son entreprise industrielle, et qui est devenu le PIAF (Pôle Images Arts Formations) en 2006, après qu’il en ait fait don à la Ville.

Cette visite était l’occasion d’inaugurer une plaque commémorative, posée sur le bâtiment et de signer une nouvelle donation. Léon Cligman a en effet donné à la Ville un terrain de 12.000 m2 qui comprend 2.500 m2 de construction et est situé face au PIAF de l’autre côté de la rue du Bât-le-Tan.

Nouveau projet

Un don qui est aussi un nouveau défi à relever pour la municipalité: « À chaque nouvelle donation, vous nous posez un nouveau problème, plaisantait André Laignel ! Il nous faut réfléchir et travailler à un beau et grand projet !  Je vous promets de le faire dans la fidélité à nos engagements réciproques, c’est-à-dire en réalisant une opération de nature culturelle, sportive, sociale ou économique ».

Léon Cligman a évoqué sa reconnaissance envers la population d’Issoudun, qui a protégé sa famille - non-aryenne  car d’origine juive - pendant la guerre. Parlant du PIAF, il a expliqué qu’il était « normal que ce bâtiment continue à exister et que les centaines de personnes qui ont travaillé là et qui, je l’espère, ont passé des moments agréables, puissent encore le voir ».

Nous contacter |Espace presse |Liens |Rss |

© Ville d'Issoudun 2010 |Crédits|Mentions légales